Accompagnements, bien-être, Développement personnel

Croyances limitantes, comment s’en libérer ?

croyances-limitantes-s-en-liberer-bien-être-introspection-developpement-personnel

Ah les croyances limitantes ! La pierre angulaire du développement personnel. En tant que passionnée du bien-être, et également en tant qu’accompagnatrice, j’ai à cœur de m’essayer aux outils qui résonnent avec moi. Cette expérimentation personnelle à un triple avantage:

  • apport d’une vision complémentaire pour avancer sur mon propre chemin de développement personnel,
  • expérimentation par moi-même d’une nouvelle technique,
  • consolidation de ma boite à outils grâce à des outils testés et approuvés.

Il y a quelques mois, j’ai découvert le “travail” de Byron Katie. À l’époque, (c’était en début d’année 2020) je vivais une situation personnelle compliquée et je n’étais pas vraiment prête à explorer ce nouvel outil. Pourtant à cette époque, travailler sur mes croyances limitantes aurait été plus qu’utile ! 

Un an, plus tard, presque jour pour jour j’y suis revenue. Aujourd’hui, j’avais envie de vous le présenter, et comme thématique de travail, j’ai choisi une situation (très actuelle) source de nombreuses croyances limitantes, qui vous parlera surement, comme vous pourrez le voir plus loin. Avant cela, je vais vous présenter ce qu’est le Travail, et pour cela rien de mieux qu’une phrase tirée du site de l’auteure 😉

Le Travail de Byron Katie est une démarche permettant d’identifier et de questionner les pensées qui sont à l’origine de toute la souffrance dans le monde. C’est un moyen pour trouver la paix avec vous-même et avec le monde. Toute personne ayant un esprit ouvert peut faire ce travail.”

Retrouvez ce texte ainsi que le livret mis à disposition gratuitement par son auteure juste ici.

Croyances limitantes & introspection

Pour vous expliquer avec mes mots ce qu’est le travail, voici ce que j’en dirais : c’est une fiche articulée autour de 6 points permettant d’identifier des croyances limitantes auxquelles nous nous accrochons. S’en suit alors 4 questions qui viennent remettre en cause ces croyances limitantes initiales. L’objectif de cette introspection est de nous aider à nous libérer de nos croyances limitantes.

Pour effectuer le travail, vous pouvez comme moi, opter pour un fichier texte sur votre pc, ou bien un cahier et un stylo, ou si vous le préférez, vous pouvez aussi imprimer la fiche de travail vierge.

L’auteure propose sur son site un livret gratuit, où toute la démarche du « travail » est expliquée. Vous pouvez le retrouver  juste ici.
D’ailleurs ce livret est tellement intéressant que pour vous donner envie de le lire, je vous en partage quelques phrases très pertinentes !

croyances-limitantes-s-en-liberer-bien-être-introspection-developpement-personnel

Libérer les croyances limitantes

Point 1 : Dans cette situation, à ce moment et à cet endroit, qui vous fâche, vous bouleverse ou vous déçoit, et pourquoi ?

    • Je suis triste parce que le gouvernement me prive de ma liberté, au sujet des décisions qu’il prend pour mon pays. J’ai peur de la tournure que prend la situation sanitaire en France. Je ne me sens pas entendue ni respectée, par le gouvernement de mon pays, parce que je me sens engagée ainsi que tous mes contemporains contre notre volonté dans une guerre bactériologique, dans laquelle notre propre système immunitaire est totalement nié.  Je suis déçue du comportement du gouvernement, parce que j’ai l’impression qu’il me ment pour me manipuler.

Point 2 : Dans cette situation, comment voulez-vous que cette personne change ? Que voulez-vous qu’elle fasse ?

    • Je veux que le gouvernement respecte mon droit à la vie et qu’il me laisse choisir pour moi-même ce qui est bon pour moi, ainsi que pour tous mes contemporains. Je veux que le gouvernement m’informe en toute transparence de comment soutenir mon système immunitaire. Je veux qu’il arrête de chercher à me faire peur en permanence.

Point 3 : Dans cette situation, quel conseil pourriez-vous donner à cette personne ?

    • Le gouvernement ne devrait pas intervenir de manière politique sur cette question sanitaire. Il devrait tenir compte de la place du système immunitaire humain plutôt que d’engager la population dans une guerre bactériologique. Il devrait être transparent, et communiquer de manière positive sur la manière d’enrayer cette épidémie. Et si il n’est pas en capacité de le faire, parce que ce n’est pas sa fonction, il devrait laisser s’exprimer sur le sujet des experts qui n’ont aucun conflit d’intérêt dans cette situation.

Point 4 : De façon à ce que vous soyez heureux dans cette situation, qu’avez-vous besoin que cette personne pense, dise, ressente ou fasse ?

    • J’ai besoin que le gouvernement cesse de m’infantiliser, et qu’il communique en toute transparence. J’ai besoin que mon gouvernement me garantisse qu’il agit pour l’intérêt commun. J’ai besoin de me sentir en sécurité face aux décisions qui sont prises. J’ai besoin d’être rassurée que toutes les décisions qui sont prises par nos dirigeants, le sont parce ce sont les meilleures, pour chaque humain à qui elles sont appliquées. J’ai besoin de me sentir en confiance face à ceux qui sont à la tête du pays, et savoir que c’est réciproque, c’est à dire qu’eux me fasse confiance pour gérer moi-même mon système de santé personnel.

Point 5 : Que pensez-vous de cette personne dans cette situation ? Faites une liste.

    • Je pense que le gouvernement ment et se fout de ses citoyens. Je pense qu’il a des conflits d’intérêts avec de grandes industries, et que les décisions qu’il prend vont plus dans son intérêt que dans le mien. Je pense qu’il me trompe en prenant des décisions qui me paraissent floues et incohérentes et en me faisant passer pour complotiste dès que je commence à me poser des questions. Je pense que l’ignorance arrange bien ces personnes, qui blâment ceux qui osent poser des questions. Je pense que cette situation est un prétexte pour permettre de faire voter des lois liberticides, qui n’auraient pu être votées autrement. Je pense que le gouvernement se fout éperdument du sort de ceux qui ont perdu leur emploi, qui ont perdu leur commerces, de tous les étudiants, des restaurateurs. Je pense que le gouvernement est méprisant pour les citoyens de ce pays.

Point 6 : Dans ou à propos de cette situation qu’y a-t-il dont vous ne souhaiteriez plus faire l’expérience ?

    • Je ne veux plus jamais être privée de ma liberté à vivre ma vie comme je l’entend. Je ne veux plus jamais que l’on me mente ou que l’on se foute de mon sort. Je ne veux plus jamais que l’on me serve un prétexte pour me faire accepter l’inacceptable. Je ne veux plus jamais que l’on me manipule. Je ne veux plus que l’on me cache la vérité. Je ne veux plus jamais avoir à faire à des comploteurs.
croyances-limitantes-s-en-liberer-bien-être-introspection-developpement-personnel

Wow ! Ouf ! Comment dire… Il fallait que ça sorte, non?

Remettre en question la croyance limitante

On continue, voici maintenant le questionnement. Il s’agit de prendre la première affirmation soulignée au point 1 : le gouvernement me prive de ma liberté.

Question 1 : Est-ce que c’est vrai?
Non.
À ce stade, j’entrevois déjà les choses plus clairement. La réalité c’est que des lois sont votées. Ma vérité c’est que telle que j’ai organisé ma vie je ne les subis pas. 

Question 2 : Est-ce que c’est vraiment vrai ?
Non. 

Question 3 : Comment réagissez-vous, que se passe-t-il, quand vous croyez cette pensée ?
Je me sens privée de liberté. J’ai peur, et je ne vis plus pour moi. Je suis alors en mode survie. Je reste dans l’attente des nouvelles, d’un potentiel déblocage. Je mets toute mon énergie dans la recherche d’informations et je ne vis plus l’instant présent. 

Question 4 : Qui seriez-vous sans la pensée ?
Je serais libre. Je vivrais l’instant présent. Je vivrais ma vie tranquillement, en profitant de chaque instant avec les miens. 

Annuler la croyance limitante

La partie la plus puissante de l’exercice ! En retournant la pensée prémisse (le gouvernement me prive de ma liberté) on donne à la problématique une nouvelle dimension. Le retournement se fait vers soi-même, vers l’autre et vers l’opposé. Il s’agit ensuite de noter pour chaque retournements 3 exemples qui illustrent la façon dont ce retournement est aussi valable pour nous. 

Retournement 1 (vers moi-même) : je me prive de ma liberté

exemple 1 : Je m’empêche de vivre en mettant toute mon énergie dans des recherches plutôt que de profiter de l’instant présent. 

exemple 2 : Je m’empêche de vivre en me concentrant sur ce que je n’ai plus le droit de faire, plutôt que sur ce que je peux encore faire. 

exemple 3 : Je m’empêche de vivre en me coupant de ma joie, parce que je me préoccupe plus de ce qui se passe à l’extérieur qu’à l’intérieur de ma vie.

Ensuite, appliquer les 4 questions, au retournement. Vérifier si cette affirmation est vraie, ou plus vraie que l’affirmation prémisse.  

  • Je me prive de ma liberté. 

Question 1 : Est-ce que c’est vrai?
Oui.
Effectivement, je m’empêche de vivre. C’est moi qui décide de comment je vis les choses, et je me rend compte que c’est moi qui m’empêche de vivre, au lieu de laisser cette question à ce qui sont concernés et de m’occuper de moi, je me préoccupe de ce qu’ils font et ne m’occupe plus du tout de moi. 

À ce stade de la réflexion le travail était terminé pour moi, puisque j’avais identifié la source de mon malaise. Celle-ci ne se trouvait clairement pas à l’extérieur de moi, mais plutôt à l’intérieur de moi. Cette fiche de travail m’a permis de l’identifier, d’en prendre conscience et de supprimer cette croyance limitante. Le travail de Byron Katie permet de pousser la réflexion beaucoup plus loin. Voici les autres retournements que j’ai pu identifier 😀 

  • je prive le gouvernement de sa liberté.
  • le gouvernement ne me prive pas de ma liberté.

Ensuite, le travail continue en remettant en question chacune des pensées prémisses, soulignées aux points 2 à 5.
Pour le retournement au point 6, réécrire la phrase en commençant par “Je suis disposée à”  ou “je me réjouis de” au lieu de “je ne veux plus jamais que”. Ce qui donne :
Point 6 : Je ne veux plus jamais être privée de ma liberté à vivre ma vie comme je l’entend. Je ne veux plus jamais que l’on me mente ou que l’on se foute de mon sort. Je ne veux plus jamais que l’on me serve un prétexte pour me faire accepter l’inacceptable. Je ne veux plus jamais que l’on me manipule. Je ne veux plus que l’on me cache la vérité. Je ne veux plus jamais avoir à faire à des comploteurs. 

Retournement : Je suis disposée à être privée de ma liberté à vivre ma vie comme je l’entend. Je me réjouis d’être privée de ma liberté à vivre ma vie comme je l’entend. Je suis disposée à ce que l’on me mente ou que l’on se foute de mon sort. Je me réjouis …

Consolider la nouvelle pensée

Ce dernier retournement ne me suffisant pas, je n’ai pu m’empêcher de clore cet exercice sur une affirmation positive : 

“Je choisis de m’autoriser à vivre pleinement ma vie comme je l’entend. Je choisis de vivre dans la vérité et l’authenticité. Je choisis de me concentrer sur mes valeurs et ce qui a du sens pour moi. Je me sens parfaitement en sécurité et protégée à tout instant. Je suis en paix avec moi-même et avec le monde qui m’entoure. La lumière est partout tout autour de moi, et j’en fais l’expérience à chaque instant. Tout ce que j’ai besoin de savoir m’est révélé au moment opportun.”

J’arrive au terme de ce lonnnnng article. J’espère qu’il vous aura apporté un nouvel éclairage, et permis de vous libérer de vos croyances limitantes.
Prenez soin de vous, et soyez heureux, c’est contagieux !

Sandrine

Et si vous avez aimé cet article,
les partages sont toujours chaudement appréciés ❤️❤️❤️

Menu