Développement personnel

L’enfer me ment

Depuis quelques mois, je communique avec mon inconscient au quotidien. Il n’est pas rare qu’à mon réveil des idées, ou des concepts intéressants m’apparaissent. Dernièrement, cette idée “L’enfer me ment”, m’est tombée dessus. Forte de mon lien avec mon inconscient je sais qu’il y a une clé d’évolution à intégrer, alors j’ai décidé de relever ce défi. À travers cet article, je vais tenter de clarifier et de rendre compréhensible cette notion d’enfer me ment. 

Défi relevé

Étrangement, à l’heure où j’écris ces lignes, je ne sais pas encore où tout cela va me mener. Mon inconscient m’a soumis cette idée, et m’a ensuite conduite à vouloir la développer. Je suis curieuse de voir où cela va me conduire, et je m’engage à être le plus structurée, claire et accessible possible.
Ainsi pour commencer, je vais expliciter ce que cette notion d’enfermement m’évoque. J’ai déjà en tête quelques exemples de vécus pour lesquels l’enfer me ment s’applique, et je vous en partagerai trois. L’idée sera d’analyser ensuite les raisons sous-jacentes qui motivent l’enfer me ment, ce qui nous permettra de percer à jour le mode de fonctionnement qui se trouve caché derrière. En fin d’article nous devrions être en possession d’une clé de compréhension sur les mécanismes liés à l’enfer me ment, ce sera la clé de gaie-rison. 

Précision : En tant qu’éveilleuse de conscience, je me sers de mes articles pour semer des graines de prise de conscience. Ne soyez donc pas étonnés si vous avez parfois l’impression que je m’égare un peu, c’est le temps de pousser une réflexion, après quoi j’en reviens toujours au sujet. 

C’est quoi l’enfer me ment?

Ce n’est pas parce que nous vivons l’enfer que nous sommes bloqués, mais parce que nous nous mentons sur la véracité de cet enfer, que nous restons enfermés. (Citation de Moi-même.) 

Quand je parle d’enfermement, je pense à toutes les situations, dans lesquelles on s’obstine au travers de nos propres mensonges. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à lire l’article sur le langage des rêves. J’y aborde comment cette idée d’article m’est tombée dessus. J’y décris également une situation personnelle d’enfer me ment. Cela vous sera utile pour comprendre la suite 😉

Avant-propos

On pourrait croire qu’étant à ma place de thérapeute énergétique je suis exempte de problématiques personnelles, ou bien que je suis en possession d’une boite à outils qui me rend capable de tout régler en un clin d’oeil. J’avoue que cette boite à outil est par ailleurs bien fournie et que oui, je m’en sers régulièrement. Mais je reste une humaine avant-tout et à ce titre, je revendique mon droit à l’erreur ! Il m’arrive de me tromper, de m’obstiner, de m’entêter et de m’enfermer dans des situations merdiques, n’ayons pas peur des mots !
Peut-être est-ce parce que j’ai vécu des situations merdiques que je suis devenue thérapeute énergétique… Est-ce que le cordonnier est trop occupé pour bien se chausser? Ou bien est-ce le fait d’être mal chaussé qu’il l’a conduit à devenir cordonnier?
Sur cette jolie réflexion, partons à la découverte de ces 3 exemples d’enfer me ment.
(Il est possible que vous vous reconnaissiez dans ces situations, et dans ce cas, la clé de compréhension qui se cache derrière vous intéressera tout autant.) 

Comme je vous l’ai partagé dans mon article sur le langage des rêves, j’ai rencontré un jeune homme lorsque j’avais 19 ans. Il était propriétaire d’une longère – qui n’avait du nom que les quatre murs –  quand il m’a connu. Six mois plus tard, je me suis installée avec lui au milieu de ce chantier. La maison étant hors d’eau, hors d’air, il restait tout l’intérieur à faire, du sol aux plafonds. C’était habitable, en dépit de la précarité que cela impliquait : poussières, isolation thermique et sanitaires inexistants. Même si cette vie ne me convenait pas, et que je cherchais ma place, j’ai continué à vivre cette relation. Nous avions 20 ans, la vie devant nous, et nous nous aimions, c’était l’essentiel pour moi. Alors je me suis forcée, et j’ai fait fi de mes ressentis. Pourtant, une fois installés ensemble j’ai observé des dysfonctionnements dans notre couple : 

  • malgré les travaux à faire, mon compagnon passait son temps libre au bar ou avec ses potes, 
  • à la maison, il était presque ivre tous les soirs,
  • nos dettes s’élevaient à plus de 80 000 frs et cela n’avait pas l’air de le préoccuper.

Contre toutes attentes, j’ai épousé cet homme. L’année de notre mariage, nous avons tenté une immersion dans le sud de la France. L’aventure a duré 6 mois, notre premier enfant est né, et nous nous sommes séparés de la longère. De retour en Bretagne, après plusieurs déménagements et des difficultés financières, nous nous sommes installés en ville en HLM. Qu’importe où nous habitions, les dysfonctionnements de notre couple étaient toujours les mêmes, voire pires… Notre deuxième enfant est né. Quelques mois plus tard, j’ai demandé le divorce. Cette relation a duré 6 ans et demi. Cet enfer me ment a duré 6 ans. 

Analyse

À la lumière de ces 3 situations, il est interessant de voir qu’à chaque fois j’ai eu des signes plus ou moins forts pour me mettre en garde. Et pourtant, contre toute attente, j’ai persisté et signé dans chaque situation, ou presque. Suis-je jusqu’au-boutiste?
Biensûr avec le recul il est facile de me dire que c’était stupide de ma part, et que je me suis fait plus de mal que de bien. Néanmoins, ces expériences ont eu le mérite de m’apporter une richesse d’expérience que je n’aurais pu acquérir si je ne les avais vécues. L’idée n’est donc pas de réfuter le passé, mais d’y voir la compréhension cachée. En partageant cette clé, je fais pour autrui, ce que j’aurai aimé que l’on fasse pour moi : me permettre de faire des choix éclairés afin de pouvoir m’échapper avant qu’il ne soit trop tard.
Pour chaque analyse, j’ai fait en sorte de conserver un regard neutre et bienveillant, l’idée ici étant de me replonger dans l’énergie qui m’animait au moment des prises de décisions, afin d’identifier le processus sous-jacent qui motive ces choix plutôt que d’autres.  

Cet article étant un peu long, voici une image d’un adorable chat, pour vous garder éveillés 😉

Clés de compréhension

Après ces analyses, voyons les clés de compréhension : 

  • La peur nous pousse à agir rapidement, elle est porteuse du message “Danger”,
  • le message est interprété par le mental comme un besoin de sécurité,
  • le besoin de sécurité conduit à l’enfer me ment,
  • l’enfer me ment repose sur le mensonge personnel : je n’ai pas le choix !
  • nos choix se résument à soit nous adapter, soit attendre que la situation change.
  • ne pouvant s’adapter plus, l’attente d’un changement extérieur devient la seule voie possible,
  • l’attente nous prive de notre pouvoir personnel : l’environnement devient responsable de notre malheur, ou de notre bonheur, 
  • la situation d’enfer me ment peut perdurer tant que nous ne sommes pas honnête envers nous-mêmes…

Clé de guérison

“J’ai fait un pas immense le jour où j’ai compris que j’étais seul à entretenir mes souffrances.” Jacques Salomé. 

Souvent lors de mes soins, j’explique que la prise de conscience c’est 80% de la guérison. En identifiant qu’il y a un problème, et en prenant en compte le mode de fonctionnement qui nous pousse à agir, on peut se prémunir en premier lieu de l’enfer me ment. 

Si le mal est déjà fait, et que vous avez le sentiment de vivre un enfer me ment, pas de panique, il n’est pas trop tard, du moins tant que vous avez envie de reprendre votre vie en mains 😉
J’aurais tendance à croire que c’est votre cas, puisque vous vous trouvez sur ce site, en train de lire cet article 😀

Afin de vous aider à faire le point, je vous propose une série de questions, auxquelles il va être important de répondre en toute authenticité et par écrit, afin d’avoir une trace écrite de votre cheminement.

I. Prise de conscience : 

  • Est-ce que ma vie correspond à l’idée que j’en avais quand j’étais enfant? 
  • Est-ce que je me sens en forme et en joie dans tous les domaines de ma vie? 
  • Si non, dans quels domaines ne me sens-je pas en joie? 
  • Dans ce domaine, est-il possible de faire quelque chose pour faire évoluer les choses? 
  • Est-ce que cela dépend de moi, ou d’une autre personne? 
  • Si cela dépend de l’autre, en quoi le fait d’attendre va me permettre de reprendre ma vie en mains? 
  • Si cela dépend de moi, que se passerait-il si je décide de ne pas le faire? 
  • Est-ce que cela me fait peur? 
  • Quel est le véritable message que la peur cherche à me donner? 

 II. Reprise du pouvoir personnel : 

  • Dans cette situation qui a le pouvoir sur ma vie? 
  • Comment je me sens lorsque c’est l’autre qui est responsable de mon bonheur? 
  • Comment je me sens lorsque je me rend responsable de mon bonheur?
  • Quelles conclusions puis-je en tirer? 
  • Qu’est ce qui dépend de moi et que je puisse faire pour reprendre ma vie en mains? 

III.Passer à l’action : 

  • Comment je me sens lorsque je me range à l’avis de mon mental?
  • Comment je me sens lorsque j’écoute ma petite voix interne?
  • Quelles sont mes envies véritables?
  • Quelle est la plus petite action que je puisse mettre en place pour me relier à mes envies? 
  • Comment est-ce que je me sens lorsque j’envisage l’idée de mettre en oeuvre cette action?
  • Si je devais placer dans une balance d’un côté ma peur identifiée au point I. et de l’autre le sentiment ressenti à la question précédente, de quel côté mon coeur pencherait? 

Retrouvez la liste des questions à imprimer par ici : Questionnement intérieur pour sortir de l’enfer me ment

Conclusion

Nous arrivons au terme de cet article embarqué, qui m’a permis de comprendre bien des choses. Je souhaite que sa lecture vous apporte autant de réponses que son écriture m’en a apportées. Bien évidemment, cet article se veut une aide pour vous accompagner. Et il peut être difficile de faire ce travail tout seul. Aussi ne culpabilisez pas si ces questions ne vous évoquent rien, ou ne vous parlent pas. J’ai fait le choix de tenir un blog en plus de mon activité pour partager et divulguer le plus largement possible en plus de mes rendez-vous individuels des clés de bien-être. Je sais que parfois on a envie de mettre les mains dans le cambouis et de faire sa mécanique tout seul… Parfois savoir faire appel à un spécialiste qui peut vous accompagner est une bonne solution. Ma qualité de thérapeute fait de moi l’une de ces spécialistes. Je fais donc le vœu en terminant cet article qu’à défaut de vous avoir permis de sortir seul de l’enfer me ment, il vous ai permis d’en prendre conscience et de l’identifier. Nous l’avons vu plus haut, la prise de conscience c’est 80% de la guérison. À travers mon témoignage personnel, je fais également le vœu de vous livrer mon expérience, et peut-être, vous donner l’envie de pousser la porte de mon cabinet si le besoin s’en fait ressentir.
En attendant, je vous souhaite une belle gaie-rison, 

Soyez heureux, c’est contagieux 😉

Cet article vous a plu?
Les partages sont chaudements recommandés 😉

Menu