Nous revoici pour la suite de cet article : C’est moi le chef #1

À présent je vous propose de découvrir plus en détail qui est ce fameux majordome…

Le majordome alias le mental

Il occupe le devant de la scène durant toute l’histoire, éclipsant ainsi tous les autres personnages. Dans notre tête c’est également celui qui accapare toute la bande passante, avec ses bavardages incessants. Vous l’aurez reconnu : le mental. 

Fonction et besoins du mental

À l’image du majordome dans cette métaphore, le mental est un employé zélé ! Ainsi il a à coeur de vous accompagner au mieux tout au long de votre vie. C’est un très bon assistant lorsqu’il est équilibré, et placé à sa juste place. 

Toutefois, à l’instar de la nature, il a aussi horreur du vide. Ainsi, c’est toujours lorsque vous vous trouvez dans un état de détente ou de passivité mentale qu’il vous rappelera ce que vous avez oublié, sic ! Mais pas de panique, quelqu’un à pensé à commercialiser des blocs-notes de douche, imperméables… 

Le mental veille à votre sécurité. Pour lui, cela prime sur tout le reste. Il veille sur votre être comme le majordome veille sur les intérêts du PDG. 

Ses besoins sont d’être reconnu et écouté. Il s’agit véritablement de l’écouter consciemment et de le canaliser. Si vous n’avez pas le contrôle sur votre mental, alors c’est lui qui vous contrôle 😀

La voix du mental 

Le mental occupe tant d’espace dans notre tête que nous avons tendance à croire, à tort que nous sommes notre mental. La voix de notre conscience se confond alors avec ce dialogue interne produit en fond sonore permanent dans notre tête. 

Issu de nos conditionnements vécus dans l’enfance, il se fait la voix la plus forte, celle qui culpabilise, stresse, intime, oppresse, juge, condamne… 

Exigeant, il ne sait pas vivre dans l’instant présent. Le mental se sert de nos pensées pour nous sortir de l’instant présent. Il nous rabâche nos erreurs d’hier, ou nous angoisse avec nos peurs de demain. Du moins tant qu’il n’est pas pacifié…

Comment pacifier le mental 

Pour être équilibré, le mental a besoin d’être écouté consciemment, et canalisé. C’est à dire de mettre en lumière ce qu’il nous répéte, et de ne pas hésiter à lui démontrer qu’il fait fausse route. Nous l’avons vu, le mental occupe tant de place que nous avons tendance à nous identifier à lui. Et en règle générale, il tourne en boucle. 

Saviez-vous que le nombre de pensées produites chaque jour par une personne à l’état de veille s’élève à 60 000, soit une pensée par seconde… De quoi donner le tournis ! 

Pacifier son mental peut donc s’avérer une nécessité. Pour se faire, il s’agit avant tout de le remettre à sa juste place : celle d’un très bon assistant, qui vient nous seconder. Vous n’imaginez pas tout ce qu’une simple prise de conscience peut amener comme changements, quand on désire reprendre sa vie en main ! 

Je vous partage ici, deux méthodes que j’utilise avec succès lors de mes accompagnements. 

La première, est une version personnalisée du ho’oponopono. Elle vise à  remercier le mental de toute l’aide qu’il nous apporte. Je lui demande ensuite s’il souhaite devenir un allié. Mental est toujours ravi de cette prise de contact et coopère alors plus facilement par la suite. Il a été reconnu, et écouté.

La deuxième méthode, passe par l’écrit. Ce travail permet une jolie prise de conscience, et son efficacité est redoutable, vis-à-vis de n’importe quelle pensée récalcitrante, particulièrement les croyances limitantes… 

Pour vous résumer cette méthode d’une manière imagée, le PDG, reçoit dans son bureau son majordome, lorsqu’il perçoit un désaccord. Il l’écoute, le remercie, et prend bonne note de ses arguments. Ensuite, par le biais d’exemples concrets et factuels, le PDG va démontrer à son majordome que ses arguments sont erronés, ou incomplets. 

Enfin le PDG tranche et informe le majordome de ce qu’il choisit de faire à partir de cet instant. Ainsi informé, le majordome ne peut plus se dédire et est obligé de suivre la décision de son PDG.  

Une fois équilibré, le mental devient un redoutable allié sur qui vous pourrez toujours compter. Doté d’un sens aigu du discernement, il vous permettra d’avancer sereinement dans la vie, d’autant plus qu’il vous fournira alors une magnifique motivation pour atteindre vos objectifs.

En désengageant votre mental, vous reprenez votre véritable pouvoir de décision sur cette voix omniprésente, qui se fait passer pour le chef. D’ailleurs, pourquoi est-il toujours en train de chercher à accaparer la scène? Ne serait-ce pas la faute de son mentor? 

Rendez-vous la semaine prochaine pour le découvrir 😉 Ou cliquez ici : C’est moi le chef #3
Et d’ici là, n’hésitez pas à amorcer le dialogue avec votre fidèle serviteur, et à me dire dans les commentaires comment cela s’est passé, je serais ravie de lire vos retours d’expérience. 

1 Commentaire. En écrire un nouveau

  • […] A travers cette histoire, qui je l’espère vous sera parlante, avez-vous réussi à reconnaître qui sont les personnages et ce qu’il représentent en chacun de nous? Quelle est la fonction de chacun des personnages? Quels sont ses besoins? Comment reconnaître sa voix? Et comment être en paix avec ce personnage? C’est ce que nous allons voir dans la suite de cette série C’est moi le chef #2   […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu